La lettre d'information : S'inscrire / Se désinscrire    |   Mon compte

Films en Bretagne
Facebook Films en BretagneTwitter Films en Bretagne
Articles archivés
Rechercher dans les articles archivés
Thème
Mot(s) clé(s)
      • TÉLÉVISION

      • "TV LOCALES : la pub locale pour la grande distribution, une solution aux problèmes économiques ?"

          • D'après l'article publié le
          • 07/04/2010
          • Paru dans
          • Satellifax
          • Les coûts de diffusion sur le multiplex R1, principale cause de leur problèmes financiers, ont été hier au coeur de la table ronde sur l'avenir des TV locales organisée à l'Assemblée nationale. Sylvie Genevoix, membre du CSA, s'est dite favorable à une ouverture encadrée de la publicité locale à la grande distribution, « en accord avec la presse régionale ».
Elle a également proposé que la réforme du Fonds de soutien à l'expression radiophonique (FSER) prévoie une aide à la diffusion pour les chaînes locales et suggéré que France Télévisions (dont plusieurs chaînes sont présentes sur le R1), participe aussi au financement de la diffusion des TV locales sur le multiplex. Deux idées rejetées par Roland Husson : « On parle de 1 M€ à 2 M€, ce n'est pas un petit fonds ! Cette voie est difficile ». Quant à France Télévisions, venir en aide aux chaînes locales « n'est pas son objet », a-t-il affirmé. Il a estimé également que la participation des collectivités locales au financement des chaînes était un « point essentiel », qui serait retenu dans l'étude lancée par la DGMIC et le CSA sur les chaînes locales.
Pour Albert Azibert, directeur général délégué de TDF, l'extinction de l'analogique apportera une solution à court terme aux coûts de diffusion des chaînes locales. En outre, « nous mettons en place une solution nationale de transport qui devrait leur permettre de faire des économies », a-t-il déclaré. Troisième solution évoquée, à moyen terme : la diffusion des chaînes locales sur un multiplex dédié. Sylvie Genevoix s'est par ailleurs déclarée hostile à toute syndication nationale des programmes des chaînes locales, pour ne pas « enlever leur âme aux télévisions locales » quand « le public attend le plus possible de programmes locaux ». « Nous sommes favorables à assouplir, sans la remettre en cause, la programmation locale », a-t-elle nuancé.
L'été dernier, les actionnaires de Télévisions locales associées (TLA) avaient décidé de ne plus payer la partie des ressources non utilisées par les chaînes locales sur le multiplex R1 en raison des difficultés financières causées par ces coûts. TLA a demandé cet automne à bénéficier d'une procédure de sauvegarde.